Qu’est-ce qu’un Audit de mise en bouteille ?

Un audit de mise en bouteille consiste à contrôler le processus complet de mise en bouteille en matière de prise d’oxygène. Chaque étape critique depuis la préparation des vins jusqu’à la sortie de la chaîne de mise en bouteille peut être évaluée grâce à différentes mesures d’oxygène (oxygène dissous et oxygène dans l’espace de tête), permettant d’identifier les points citriques d’enrichissement en oxygène nécessitant la mise en place de procédures d’amélioration. Les prestations proposées sont modulables en fonction des besoins du client.

Quelles sont les étapes critiques identifiées ?

Chaque étape de la mise en bouteille peut potentiellement causer un enrichissement en oxygène. Le rôle de l’Audit permet d’identifier où cet enrichissement se produit (vérification des têtes de remplissage, efficacité du système de vide et/ou de l’inertage de l’espace de tête, performance du bouchage, longueur des tuyaux, filtration, etc.).

Comment se met en place un Audit ?

Habituellement, un premier rendez-vous permet d’évaluer les procédures en place et les besoins du client. Cet entretien permet ensuite de proposer les prestations les plus adaptées. L’Audit de mise en bouteille est ensuite planifié et réalisé. Pour en savoir plus, contactez-nous.

L’Audit perturbe-t-il les cadences de production ?

L’audit de mise en bouteille n’a pas d’impact sur la productivité de la chaîne s’il a été bien planifié à l’avance.

Combien de bouteilles transparentes équipées de capteurs d’oxygène sont nécessaires pour évaluer l’efficacité de la mise ?

Nous recommandons d’utiliser autant de bouteilles transparentes équipées de capteurs qu’il y a de têtes de remplissage sur la chaîne de mise en bouteille. Nous avons par ailleurs développé l’échantillonneur de l’espace de tête, un outil qui permet de s’affranchir de l’utilisation de ces bouteilles transparentes.

Peut-on réaliser un Audit sur tout type de packaging, comme le Bag-in-Box® ou type d’obturateurs, comme les capsules à vis ?

Oui, l’audit de mise en bouteilles peut s’effectuer sur tout type de packaging incluant les Bag-in-Box (équipés de robinets transparents) et pour tout type d’obturateurs.

Qu’est-ce que le TPO ?

Le TPO (Total Package Oxygen) est la quantité totale d’oxygène contenue dans la bouteille (ou le BIB) après le conditionnement dont la valeur, en mg/L est la somme des quantités d’oxygène dissous dans le vin et d’oxygène contenu dans l’espace de tête, comme suit :

TPO = DO (concentration en oxygène dissous) + HSO (concentration en oxygène dans l’espace de tête)

Les valeurs de DO sont souvent le reflet d’enrichissement en oxygène durant les opérations de remplissage ou de transfert dans les circuits de la chaîne, tandis que les valeurs d’HSO sont davantage liées à la performance des systèmes de mise sous vide et/ou d’inertage juste avant le bouchage de la bouteille.

L’oxygène dissous (DO) est-il le seul paramètre important ?

Non, l’oxygène dissous n’est pas le seul paramètre à avoir une influence sur l’évolution du vin après la mise en bouteille. L’oxygène présent dans l’espace de tête intervient également et pèse souvent autant voire plus dans la balance que l’oxygène dissous quant aux conséquences possibles sur l’évolution du vin.

Quel est l’importance de l’oxygène dans l’espace de tête (HSO) ?

Différentes études et audits ont montré que l’oxygène présent dans l’espace de tête (HSO) peut représenter plus des 2/3 du TPO (oxygène total en bouteille). Il est donc primordial de gérer ce paramètre.

L’oxygène de l’espace de tête (HSO) réagit-il avec le vin ?

Oui, l’oxygène présent dans l’espace de tête va se dissoudre dans le vin et réagir avec les composés du vin avec un impact sur les propriétés chimiques et sensorielles des vins.

Quel est la bonne valeur de TPO à obtenir ?

L’objectif est de viser les valeurs de TPO les plus basses possibles. Pour les vins avec des niveaux de sulfites conventionnels, nous recommandons d’obtenir des TPO inférieurs à 2 mg/L. Pour les vins sans sulfites ou à faibles teneurs en sulfites, les TPO doivent être inférieurs à 1 mg/L.

L’inertage de la bouteille peut-il être un moyen efficace de réduire l’enrichissement en oxygène durant la mise ?

Un inertage efficace de la bouteille avant son remplissage peut permettre de diminuer les valeurs d’oxygène dissous dans le vin de 0,5 à 1 mg/L.

Le système de vide avant bouchage est-il suffisant pour atteindre de faibles valeurs d’oxygène dans l’espace de tête ?

Quand le système de vide est parfaitement réglé, les valeurs d’oxygène dans l’espace de tête peuvent être très basses. Mais la plupart du temps, un système d’inertage, en plus du vide appliqué, sera nécessaire pour atteindre les valeurs les plus basses. Différentes études et audits réalisés montrent que les valeurs d’HSO avoisinent 3 mg/L sans aucun système de vide ni d’inertage, tandis qu’elles sont de 1,4 mg/L avec un système de vide et de 0,2 mg/L lorsqu’un système d’inertage est combiné au vide.

Est-ce vrai que les valeurs d’ HSO sont plus importantes dans le cas des capsules à vis ? Pourquoi ?

Oui, les valeurs d’HSO sont généralement plus élevées dans le cas des capsules à vis. Les capsules à vis ont un volume d’espace de tête plus important que dans le cas des bouchons cylindriques. Ce volume plus important crée un plus grand réservoir d’oxygène. De plus la capsule à vis est un espace vide contenant de l’air qui crée une source additionnelle d’oxygène lorsqu’elle est placée sur le col de la bouteille.

Pourquoi faut-il avoir un TPO bas ?

Très peu d’oxygène en bouteille permet d’augmenter la durée de vie des vins, d’éviter une oxydation prématurée, de préserver les arômes du vin et d’aider à réduire les teneurs en sulfites voire de les supprimer.