À propos du vin : tragédie en un acte

Je suis un initié du monde du vin. J’ai rencontré, ou connu, la plupart des grands noms contemporains du secteur vinicole. J’ai même eu à plusieurs reprises le privilège de collaborer avec certains d’entre eux. J’organise une conférence assez importante sur les communications pour le vin. J’ai été juge dans des concours de vins, j’ai conseillé des entreprises vinicoles sur leurs stratégies marketing, j’écris des articles sur le vin depuis plus de dix ans et j’ai bu de nombreux vins que je n’aurais jamais pu me payer. Je dis tout cela uniquement pour donner du contexte.

Le vin, c’est quelque chose de plutôt sympathique. Ça a bon goût et ça aide à détendre la conversation, mais ça a également un côté mystique. Les gens veulent en savoir plus sur le vin pour avoir l’air cultivé. Dans les restaurants, les vins sont traités comme s’ils étaient plus importants que la nourriture, sans même parler des cocktails ou des bières. Le vin est perçu comme une énigme à déchiffrer.

J’ai un petit secret pour vous : il n’y a rien à déchiffrer. Dans l’industrie vinicole, la plupart des nouvelles start-ups et des campagnes de vente au détail innovantes font de leur mieux pour aider le consommateur inculte à trouver le vin qui lui convient, le meilleur vin pour lui. En d’autres termes, nous autres, initiés du secteur, nous inquiétons du bien-être du consommateur, que la tâche de trouver le bon vin soumet à un stress insupportable.

J’ai beaucoup d’amis qui ne sont pas dans l’industrie vinicole. Ils boivent du vin tous les jours et ils aiment ça. Ils ne savent pas forcément toujours ce qu’ils boivent. La plupart du temps, ils n’ont pas la moindre idée de l’histoire du vin. Souvent, ils confondent la variété de raisin et la région. Et malgré tout cela, ils boivent du vin, ils rient avec leurs amis et ils passent un bon moment. Un phénomène tout à fait stupéfiant.

Quand j’arrive chez eux pour dîner, ils me demandent immédiatement « Ryan, c’est un bon vin, ça ? » en espérant que je valide le choix qu’ils ont fait au hasard. C’est dans ces moments-là que j’ai honte de travailler dans ce secteur. Voilà une personne qui, quand je ne suis pas là, ouvre une bouteille de vin et l’apprécie pour ce qu’elle est. Mais, dès qu’un expert apparaît, elle panique et craint d’être réprimandée pour son choix. On a enseigné à ces personnes qu’il existe une réponse correcte à la question : « Est-ce que ce vin est bon ? » L’industrie vinicole a convaincu toute une génération de consommateurs de vin qu’il n’y a qu’une bonne réponse. Qu’il est possible de se tromper sur le vin. Nous devrions avoir honte.

J’aime les voitures. Je n’y connais presque rien aux voitures. Je suis incapable de Wine_tragedy2réparer quoi que ce soit sur ma voiture, sauf peut-être une tache sur le siège ou un pneu crevé si j’y suis poussé par les circonstances. Et pourtant, j’aime les voitures. Je ne connais ni les marques, ni les modèles. Je serais bien incapable de vous dire à qui appartient quelle marque. Je n’ai aucune idée de la manière dont fonctionne l’industrie. Mais j’aime tout de même louer une voiture pour aller conduire sur une belle route. Et devinez quoi ? Quand je rencontre quelqu’un qui sait tout sur les voitures, je ne lui demande pas si celle que j’aime est la bonne. Je ne demande jamais si j’ai vraiment apprécié de conduire ou si j’ai été induit en erreur. Tout cela ne m’intéresse pas vraiment. Je prends du plaisir, et c’est tout ce qui compte.

Et cela nous amène à la grande vérité sur le vin. Peut-être que vous êtes simplement comme moi avec les voitures. Vous avez juste envie de quelque chose de frais et fruité l’été en terrasse, ou d’un bon vin rouge pour accompagner votre steak au dîner. Pourquoi les autres devraient-ils s’intéresser à ce que vous buvez ? Ça ne regarde que vous ! Buvez à grandes gorgées, si ça vous chante. Utilisez une paille, ajoutez de la limonade, faites tout ce que vous voulez ! Est-ce que vous avez le sourire aux lèvres en le faisant ? Est-ce que vous amis rient avec vous ? Si c’est le cas, bravo ! Vous buvez votre vin correctement.

Bien entendu, si vous adorez les histoires, les informations et les chiffres, que vous avez envie de faire des découvertes et d’essayer de comprendre les différents aspects d’un même vin, ne vous gênez pas. Discutez des niveaux d’acidité volatile et des classements des millésimes. Si, pour vous, la date de consommation idéale est parole d’évangile, respectez-la. Si vous avez envie de prendre des cours, n’hésitez pas. Allez jusqu’au bout. Plongez-vous dans la culture du vin. Je ne vous demanderai qu’une chose…

Ne partez pas du principe que vos nouvelles connaissances sont absolues. Ne vous imaginez pas que votre palais délicat vaut mieux qu’un autre. Et surtout, ne pensez pas que votre vin idéal est celui de tout le monde. Ce n’est pas le cas. Nous avons tous des palais, des cultures, des souvenirs d’enfances et des repas favoris très différents. Nous sommes tous différents. Il n’y a pas de vin parfait. Il n’y a pas qu’un seul bon vin.

Lorsque nous éveillons chez les consommateurs la crainte de ne pas avoir choisi le bon vin, nous le faisons au détriment des ventes de vin en général. Les consommateurs doivent avoir confiance dans leurs goûts et penser que leurs préférences sont normales, pas qu’ils ont encore beaucoup à apprendre et que leur choix pourrait être une erreur.

Les consommateurs d’aujourd’hui n’ont pas besoin d’aide pour découvrir de nouveaux vins. Ce sont les entreprises vinicoles qui ont besoin d’aide pour trouver de nouveaux consommateurs.

Au lieu d’admettre qu’elles n’ont pas réussi à se vendre, les entreprises vinicoles sont parvenues à rejeter la faute sur les consommateurs et à les convaincre que ce sont eux qui se trompent.

C’est la plus grande tragédie que connaît l’industrie vinicole à l’heure actuelle.

Cet article a initialement été publié par Ryan sur Medium.com. Il est republié sur le blog de Nomacorc avec son accord.

Photos reproduites avec l’aimable autorisation de FreeImages/VasyaPupkin et  Medium.com

 

View story at Medium.com

View story at Medium.com

À propos de l'auteur

Ryan Opaz est le créateur de Catavino.net, un site qui aide à découvrir les vins, la cuisine et l’histoire du Portugal et de l’Espagne. Il est également à l’origine de la Digital Wine Communications Conference.

Laisser un commentaire