Sauvignon et plus si affinités : le Sauvignon Blanc 2004 de Karl Breitenberger

Les consommateurs de vin autrichiens sont obsédés par l’idée d’avoir les millésimes les plus jeunes dans leur verre. Un vigneron m’a confié que certains de ses clients demandaient déjà ceux de 2014, un peu comme si l’on se tenait au-dessus d’un veau nouveau-né en tenant une hache et une poêle. C’est frustrant pour les producteurs qui savent que leurs vins vieillissent bien, et pas uniquement les rouges. Même les blancs qui n’ont pas été élevés en fût de chêne peuvent devenir plus complexes et charpentés si on leur octroie une ou deux années supplémentaires de maturation.

Heureusement pour moi, ma partenaire a pris l’habitude d’amasser des bouteilles dans la vieille cave styrienne de ses parents, dont les conditions d’humidité et de température sont presque idéales pour la garde de vins. Comme nous n’habitons plus en Autriche, lors de nos visites sur place, nous pillons sporadiquement la cave à la recherche de tout ce qui semble devoir être bu.

Je n’attendais pas grand-chose de ce Sauvignon Blanc 2004 de Karl Breitenberger, un modeste vin à € 6, probablement élevé pour être consommé dans l’année de sa mise en bouteille, sans doute dans le buschenschank familial, un terme styrien désignant un heuriger , c’est-à-dire une taverne rustique ne vendant que les vins de son propriétaire et des plats froids simples.

L’opération de débouchage parlait d’elle-même, car il y avait bien un bouchon à extraire. L’Autriche s’est éprise du bouchon à vis, à tel point qu’un caractère réductif certain chez les vins jeunes est considéré comme un choix stylistique, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Karl Breitenberger utilisait des bouchons Nomacorc en 2004, un bon choix à en juger par l’état de ce vin.CellarNotesAustria_Support1

Non seulement, le vin était impeccablement préservé et ne présentait aucun signe indésirable de vieillissement (arômes de champignon ou caractère ouvertement oxydatif), mais il affichait une acidité dynamique et des fruits intenses : agrumes, groseille à maquereau, papaye. Les aromates du Sauvignon styrien peuvent devenir un peu forts lorsque le vin est jeune. Ici, rien de tel. De subtiles notes d’amande et d’herbes sèches étaient les seuls indices de son âge.

C’était à tous points de vue un Sauvignon Blanc magnifiquement vif et vivant, et la preuve qu’avec un bouchon fiable, tout est possible.

À propos de l'auteur

Spécialiste des vins organiques, biodynamiques et naturels, Simon Woolf est un journaliste primé, spécialisé dans le vin, basé à Amsterdam, qui tient un blog The Morning Claret.

Laisser un commentaire