La table du viticulteur : Pam Starr

Pam Starr a étudié la viticulture à l’université de Californie de Davis et y a obtenu son diplôme en science de la fermentation en 1984. Pendant les 18 années suivantes, elle a fait son chemin dans le monde du vin, d’abord comme œnologue, puis comme assistante-viticultrice, pour finalement devenir viticultrice chez Spottswoode Vineyard dans la Napa Valley. En 1997, Pam a fait la connaissance de Charlie Crocker, propriétaire d’un domaine viticole historique situé à St. Helena et ils ont décidé de s’associer pour fonder Crocker & Starr.

Depuis lors, l’exploitation vinicole est renommée pour ses vins ressemblant aux Bordeaux, dont le sauvignon blanc, le cabernet sauvignon, le malbec et le cabernet franc. J’ai rencontré Pam récemment et nous avons évoqué son parcours et sa vie dans le monde du vin.

 

Q : À quoi ressemblaient les cours sur le vin à l’UC Davis dans les années 1980 ?

A : L’UCD visait à former des scientifiques, et non des viticulteurs. La science de la fermentation a rapproché les départements des sciences alimentaires et de l’œnologie et mon objectif était d’obtenir mon diplôme, puis d’étudier la médecine dentaire. Mon diplôme en poche, alors que j’étudiais pour passer l’examen d’entrée en médecine dentaire, j’ai décroché un stage de 8 mois dans une toute nouvelle entreprise vinicole de Sonoma. Et je ne suis jamais revenue en arrière !

 

Q : Qu’est-ce qui vous attire au juste dans les raisins et les assemblages de Bordeaux ?PamStarr

A : Il y a plus de trente ans – lors de mes premiers pas dans le monde du vin – la culture du raisin sur la Côte Nord se focalisait sur les variétés de Bordeaux. L’objectif poursuivi était d’élever des vins qui s’imposeraient comme quelques-uns des meilleurs cabernets et assemblages au monde, et je me suis rendue plusieurs fois en France pour visiter des vignobles, poser des questions et goûter des vins. Je peux aujourd’hui affirmer avec fierté que le cabernet sauvignon et le cabernet franc que nous produisons dans le domaine ont leur place parmi les grands Bordeaux.

 

Q : J’adore le cabernet franc, mais il est souvent considéré comme un simple cépage d’assemblage. La production d’un tel cépage s’est-elle avérée difficile ?

A : Cultiver du franc s’apparente à une leçon d’humilité. Cette variété m’a appris que la patience et le timing sont essentiels pour parvenir à l’excellence. Pour obtenir un excellent franc, la difficulté consiste à savoir où le planter, comment associer les porte-greffes et gérer la sélection clonale. Selon moi, le franc est plus difficile à cultiver et à produire que le pinot. Lorsque j’ai rencontré Charlie, le franc dans son domaine vinicole était planté dans le sol qui convenait le mieux au cabernet au sein de la propriété.

J’ai lancé les vins Crocker & Starr avec le cabernet franc et par chance, mon vin a atterri chez quelques-uns des meilleurs maîtres-sommeliers des États-Unis. Comme ma production est constamment d’une qualité fantastique, les sommeliers sont restés fidèles à ma marque.

 

Q : Je vois que vous avez un griffon Korthals. Quand je visite un vignoble, mes moments favoris sont souvent synonymes de balades avec les chiens. D’après vous, pourquoi est-il tellement naturel de trouver des chiens dans les vignobles et le monde de la viticulture ?

A : Les chiens chassent les cerfs, les lapins, les dindons sauvages et d’autres espèces qui peuvent menacer les vignes. Ils constituent également une protection supplémentaire quand on travaille parmi les vignes. Et puis, ils accueillent toujours les visiteurs du domaine comme il se doit !

Q : Quelles sont vos associations mets-vins préférées ?

A : Cabernet franc et burger de canard de La Toque ; sauvignon blanc avec pommes frites du Bouchon !

 

À propos de l'auteur

Résidant depuis toujours à Memphis, dans le Tennessee, Ben Carter écrit des articles en ligne sur le vin et l’alimentation depuis 2005. Il a commencé par son blog, Benito’s Wine Reviews, a écrit pour Serious Eats, Snooth, Palate Press et a également été publié dans le Wall Street Journal. En journée, il travaille dans le domaine de l’assurance qualité pour une grande société.

Laisser un commentaire